Skip to main content

mailchi.mp Â· 9 min

Je résume : acculée par des années d'accusations infondées sur leur "censure" des propos conservateurs en ligne, une majorité des acteurs du web s'accrochent désormais à une étrange notion de neutralité politique, comme une grosse moule à son rocher. Ils défendent en public des valeurs progressistes (le féminisme ! l'antiracisme !), mais financent aussi des groupes de pression dont le but est justement de faire reculer les droits des plus vulnérables. Enfin, ils prétendent que l'avortement est un débat où chaque bord peut s'exprimer à parts égales, comme s'il ne s'agissait pas d'un groupe cherchant à retirer un droit fondamental à un autre.

Il y a une dernière pièce à ajouter à ce puzzle déjà assez vilain. Qu'elles le veuillent ou non, les grandes plateformes seront impliquées dans l'interdiction de l'IVG sur une partie du territoire aux États-Unis.

. Comme je vous l'expliquais dans une précédente newsletter, l'avortement fait déjà l'objet d'une surveillance en ligne. Le sujet est loin de se limiter aux applications de menstrutech (même s'il s'agit d'un enjeu important, résumé ici par Techcrunch). Une recherche sur Google, un texto, des emails, une publication sur les réseaux sociaux, tout ça peut déjà être utilisé comme preuves d'un avortement illégal. Cela signifie qu'à l'avenir, dans les États américains où l'IVG est drastiquement limitée ou interdite, la police pourrait demander à des entreprises de nouvelles technologies de transmettre des données de leurs utilisateurs et leurs utilisatrices, dans le cadre d'une enquête ou d'un procès pour un avortement illégal. À ce propos, les géants du web sont restés silencieux. En début de semaine, le site Vice a interrogé une dizaine d'entreprises (dont Facebook, Twitter, TikTok, Snapchat, Google et Amazon), qui n'ont pas souhaité répondre. Seule Snap a envoyé un mail vague, promettant de trouver un équilibre entre le respect de la loi et la vie privée des internautes.

"La différence entre aujourd'hui et la dernière fois que l'avortement était illégal aux États-Unis, c'est que nous vivons désormais dans une ère de surveillance numérique", tweetait l'autre jour Eva Galperin directrice de la cybersécurité pour l'EFF, célèbre organisation américaine de défense des libertés en ligne. "Pour les entreprises de nouvelles technologies, vos données ont plus de valeur que votre vie", affirmait carrément le média Protocol. Car peu importe leur marketing et leurs promesses, ou les autres sujets sur lesquelles elles s'engagent : les entreprises de nouvelles technologies n'ont jamais été nos alliées. Parfois, elles sont même une menace.

(Newsletter suivante)

La semaine dernière, Google a annoncé qu'il supprimerait automatiquement les données de localisation liées à des lieux de santé comme les cliniques d'avortement, mais aussi les refuges contre la violence domestique, les centres de fertilité ou de traitement de la toxicomanie. Le but est que ces informations ne puissent pas être récupérées afin de harceler, voire d'enquêter, sur les femmes et les personnes fréquentant ces endroits.